Visite de Malik Choukrane; présentation de son travail…

La viste de Malik est confirmée; il viendra ce vendredi 07 novembre nous parler de son travail, son parcours, son oeuvre …  et agrémenter sa présentation avec des exemples (projections de diapos numériques et présentation de portefolio).

Xtus Blue4

Début de la présentation : 17 H 30

Durée : +/- 2 heures.

Tous les étudiants (1ère et 2nde) sont invités ; c’est à voir et à entendre, c’est gratuit et ça peut apporter plein de choses car c’est un photographe très riche en talent et sensibilité…

Invitation cordiale à tous.

Cliquez l’image et/ou ici

Publicités

Nouveau défi…

Pour ce nouveau défi, il s’agit de « fiction » …

Scénario : Dans une photo de paysage contenant un panneau pub ou informatif (bord de route, quai de gare, abri bus etc.)  incruster une image personnelle et la faire tenir dedans de façon réalsite.

Sujet : Portrait (si on n’a personne sous la main, on peut tirer au sort le nom de quelqu’un de la classe pour modèle, il suffit de me donner un chiffre de 1 à 16 et je livre en retour le nom de la personne à photographier) … le 4 et le 7 sont déjà pris.

Règles : Le sujet dans l’image incrustée (panneau) ne peut en aucun cas être entouré de texte ni de tout autre objet/élément photographiques. En d’autres termes; il ne s’agit pas ici d’adopter une démarche publicitaite mais plutôt une démarche plasticienne sur base de l’idée du portrait. Par contre, il est autorisé d’incruster sur le portrait lui-même ou le décor, des couleurs, textures, matières etc…

Dérogation à la règle : On peut, si on le souhaite faire inter-agir le contexte dans lequel se trouve le panneau avec le contenu du panneau lui-même c’est à dire jouer sur l’idée du trompe-l’oeil …  (me questionner pour infos supplémentaires)°

Date de remise : Saint-Nicolas (5 décembre), on peut envoyer les photos (max 3) dans ma boite e-mails

Bon travail !

° Un exemple sur l’interaction du contexte avec le contenu du panneau : à la fin des spots de pub sur france 2, on voit (voyait ?) une scéne se passant au 1er plan qui « se raccorde » à un événement se passant au second plan; quelqu’un de profil à l’avant, souffle sur une bougie et un parasol s’envole sur la plage qui se trouve loin derrère….

Un « petit » commentaire…

Quelqu’un m’a dit, pas plus tard que vendredi dernier, ne pas comprendre que dans un cours de « Photoshop », je présentais un exposé sur la perception du sujet par l’appareil photographique.

Pour rappel, ma leçon s’est articulée autour de quelque thèmes et entre autres: la ou les formes des sujets, les textures, motifs, volumes, matières, reliefs et aussi les éclairages et leurs incidences sur le rendu de tous ces paramètres. Cette même personne m’a aussi confié qu’elle n’était pas la seule à partager ce sentiment dans la classe.

Je vous avouerai que cela m’a attristé car il me semblait que ma leçon pouvait apporter un petit plus,  » éclairage  » intéressant à quiconque voulait parfaire, en partant des multiples exemples proposés, sa propre vision ou interprétation des sujets.
Pour répondre à tous (car j’ai déjà répondu individuellement et sans ressentiment à la personne qui m’a fait cette remarque) je dirais plusieurs choses :

D’abord, le cours du vendredi ne s’appelle pas « Cours de Photoshop » il s’intitule : « Image numérique : Réalisation d’un projet personnel » et dans l’énoncé du titre il y a des mots très importants que je voudrais retenir et reléguer au second rang des mots qui n’y sont pas mais préciser qu’il s’agit aussi d’un cours sensé former à l’utilisation d’un logiciel.

J’aimerais retenir les mots « Image » « Projet » et « Personnel« .

J’abhorre l’à peu près, vous le savez…

Mon cours vise à vous faire prendre conscience que l’on ne fait pas une Image en ne prenant pas cet acte au sérieux.

Tout le monde sait qu’une bonne image allie un « bon » sujet (c’est-à-dire un sujet qui nous parle ou tout au moins nous interpelle) mais aussi un bon cadrage, dans lequel il (le sujet) est mis précisément en valeur par une lumière bien choisie et donc appropriée.
Le sujet, on le sait, a une forme, une texture, un volume, une matière. Il se présente devant nos yeux dans une lumière. De ce sujet, nous les photographes qui écrivons précisément avec la lumière, devons faire une image et cette image en principe doit être intéressante au point de transcender ce sujet c’est à dire le rendre beau, le sublimer même…

Et qu’est-ce qu’on me propose quand je pose un « défi » ? Que faisons nous de ce sujet pour lequel une responsabilité nous est confiée ? Que faites vous de ce sujet ?

Trop d’images qui me sont soumise à l’examen démontrent trop souvent que l’on n’a pas vraiment regardé ce sujet, ni par ailleurs la lumière qui l’éclaire.

Souvent je constate que l’on s’est simplement contenté de produire un cliché sous forme d’un fichier dans une résolution adéquate pour une impression de qualité. C’est un peu juste à mon sens et c’est un peu triste à dire mais c’est hélas une réalité; les critères techniques sont passablement respectés et au-delà de ça, il n’y a souvent rien de plus ; la netteté par exemple est limite, les hautes lumières sont brûlées, les ombres sont bouchées, le cadrage est bancal, le point de vue mal choisis…

Notre mission est-elle accomplie lorsque le tour de l’objet a été fait en moins de temps qu’il ne faut pour le dire ? A-t-elle seulement commencé si même les critères techniques ne sont que partiellement aboutis ?

Cette question, je la pose à des étudiants qui sont sensés avoir reçu l’information. Dans la formation, les aspects techniques sont abondamment abordés, les aspects esthètiques également.

Dans mon propos je voudrais aussi retenir le mot « Projet » ; ce mot c’est une montagne !
Et puis encore je retiendrais aussi « Personnel »; c’est une autre montagne encore plus haute….

Je garderai « Projet personnel » pour résumer et terminer mon argumentation.
Que voulez-vous ? Pourquoi faites-vous des photos ? Pourquoi poursuivez vous des études de photographie ? Qu’est-ce qui vous anime ? Que voulez-vous dire ? Quel est votre projet ? Quel sens lui donnez vous ?

Pour toutes ces questions, je ne peux répondre à votre place, c’est vous que ça regarde. Tout au plus, mon rôle consiste à susciter en vous des envies, des motivations. J’essaie de mettre en place des processus qui sont propices à votre propre création et je veille à vous apporter toute la technique nécessaire pour la mener à bien. Mon ambition est de vous aider à la développer (votre création) ou le développer (votre projet). Je vous présente des exemples, je vous propose des démarches et si vous rencontrez des difficultés, je m’efforce de vous épauler du mieux que je peux.

Pour ma part personnelle et en ce qui concerne mes propres projets, je dirais que je ne pourrais plus avoir la joie de vivre si je ne pouvais plus m’exprimer au travers de la photographie, c’est ma respiration, mon quotidien, j’y pense sans cesse, j’élabore des projets, j’écris, je m’investis, je produis et je ne suis jamais satisfait car j’ai toujours le sentiment de ne pas en faire assez. Cependant, jamais cela ne m’a été lourd à porter et même si c’est mon travail je l’ai toujours considéré avant tout comme un plaisir, jamais comme une corvée. J’ai la chance de faire ce que j’aime et de gagner ma vie avec ma passion…

Observer les images des autres et les commenter, dire la façon dont elles ont été faites, étudier ce que l’éclairage a produit comme résultats, décrire la situation et exprimer le sentiment ressenti à sa lecture, analyser le cadrage, la composition, le fond et la forme ne peuvent qu’aider à y voir un peu plus clair dans sa propre vision et approche des sujets et tout ce que je viens d’ écrire vise à créer et susciter en chacun de vous une envie, un désir d’en faire autant, ou tout au moins de s’en approcher. L’objectif poursuivi est de donc de vous entraîner dans un processus d’émulation…

Le logiciel que nous étudions est un logiciel de traitement des images. J’ai envie de poser cette question fondamentale: Où sont les images ? Où sont vos images et en quoi ce logiciel vous est utile pour les traiter ? Est-ce qu’un coquillage posé sur un carrelage et puis transporté par de jolies prouesses techniques dans le sable avec une ombre réaliste vous est utile ? Moi, je répondrais: J’ai des doutes… A quoi cela vous sert-il de savoir comment on fait cela si cela ne vous est utile en rien d’autre que pour prétendre que cela vous pouvez le faire ?

Ma responsabilité est de vous enseigner cette matière dans le sens où elle peut vous être utile dans votre propre création mais si vous n’en faites qu’une utilisation scolaire c’est à dire rien de plus que remplir le cahier de charges apporté alors j’ai perdu mon temps.

J&rsquo
;ai pris l’exemple du coquillage, j’aurais pu en prendre tant d’autres…

Je pense (c’est un peu dur ce que je vais écrire mais tant pis) que pour beaucoup, l’apprentissage de ce logiciel relève du domaine du jeu; il s’agit plus d’un passe-temps qu’autre chose et « jouer » à Photoshop ne représente un intérêt que dans le sens où par sa puissance, ce logiciel donne l’impression et seulement l’impression d’être créatif or ce logiciel n’est intéressant qu’à partir du moment où son utilisation se justifie dans un processus de création/amélioration de ses images personnelles.

C’est ce qui m’amène à ce dernier mot « Personnel » et je serai bref.

Dans « Personnel » on entend « Personne », « Personnalité » et on sous-entend « Sensibilité », on entend « Je » avec un grand « J »…

J’attends votre « Je » votre « Moi » votre « Mon Projet »…

On ne peut pas être demandeur de tout et n’apporter rien. Je suis sans cesse en attente de vos projets et j’estime être en droit d’être exigent par rapport à ceux-ci.

Si vous n’êtes pas d’accord, je suis désolé.

Pour corroborer mon dernier propos, une anecdote me revient : Le même vendredi dernier, un autre étudiant (qui a 2 semaines de retard pour la présentation de son sujet « Légume » et qui ne s’excuse même pas pour ce retard) a presque fait sous-entendre que si son sujet n’avait pas été remis à temps ce n’était pas de sa faute. Il était prêt (avec ses 2 semaines de retard et pour le rattraper) à faire le sujet instantanément si on lui donnait l’accès au studio donc par conséquent, il devait « brosser » la leçon en cours… Le studio n’est pas accessible ; la faute revenait donc au studio inaccessible et par conséquent à moi-même puisque que je suis responsable de ce local. Tout à coup le studio (et moi-même) sommes presque devenu le(s) responsable(s) de son retard, de son échec.

Moi, je prétends que peut être, une seule bougie aurait suffit pour éclairer son objet… Il fallait vouloir le faire, essayer tout au moins…

Tout le monde ne partage pas cette vision des choses. Beaucoup croient par exemple que c’est le matériel qui fait les photos et qu’un studio bien équipé et la maîtrise d’un logiciel vont tout d’un coup démultiplier la créativité par 10 ou par 100.

Parfois, je suis atterré…

J’ai vu un jour la photo d’une petite pomme posée dans une boite à chaussures, elle même posée sur l’appui d’une fenêtre. J’ai été ému en voyant cette image. J’aurais aimé être l’auteur de cette image et j’ai même essayé de reproduire la situation. Je n’y suis jamais parvenu, il y manquait tjs quelque chose… était-ce la magie ? La grâce ? L’auteur de cette image était plus fort que moi car il avait senti son sujet, il l’avait mis en valeur parce qu’il avait un point de vue personnel sur ce sujet. Il avait abouti son projet et il avait touché au but ; il m’avait ému…

Pour conclure positivement, je dirais que je suis heureusement récompensé quand un étudiant vient me montrer un travail qu’il a repensé parce qu’il avait compris qu’il devait ré-ajuster son point de vue, et revoir son propos pour le rendre plus précis, plus pertinent, plus intéressant…

Celui là pour moi est précieux et même si je le renvoie encore au travail, pour encore l’approfondir et qu’il part en bougonnant, qu’il prenne patience, qu’il persévère, même s’il ne comprends pas tout, tout de suite… Un jour, la lumière se fera et la récompense sera pour lui.

Dans quelques jours je publierai une nouvelle série d’images « Légumes » reçue de 2 étudiants.

Légumes … les résutats !

Voici le résultat des évaluations des légumes, seules les 5 premières images sont publiées dans le blog.

Les résultats complets peuvent être consultés en cliquant sur le petit oiseau Esnips et en téléchargeant le tableur qui est sur le serveur.

Obtient 16/20 le champignon de Freddy

Obtiennent respectivement 15,42/20   14,88 et 14,73/20  les poireaux d’Igor

Obtient 14,62/20 la pomme de terre de Delphine

Voici les images :

01

02

03

04

05

Bravo à ceux là et félicitations à tous les autres ….

 

« Légumes 2 » … le retour !

J’ai passé une belle soirée en votre compagnie.

Je l’ai trouvée constructive.

A la lueur de tout ce que nous avons vu et avons dit ce vendredi soir, il m’apparaît que chacun peut s’il le veux, peaufiner son approche du sujet.

J’ai compris que vous y aviez mis votre coeur et que vous étiez passionnés par votre travail mais aussi que vous ne demandiez qu’à le perfectionner…

Je publierai incessament le résultat de vos évaluations (combiné à ma propre évaluation et à celle de mon jury) mais déjà, je vous invite à reprendre votre légume (ou un autre si celui que vous avez tiré au sort vous ennuie) et à me re-proposer une série d’images.

J’ai confiance…

Passez un très beau week-end Sourire

 

 

 

« Légumes » … c’est fini !

Il est 0 H 40 le défi est terminé; la récolte accomplie…

Ont participé au projet :

Ann Sophie, Chantal, Christine, Christophe, Claude, Dany, Delphine, Freddy L, Freddy M, Igor, Laurent, Nancy, Roxanne.

Reconnaissance à ceux-là…

N’ont pas participé :

David, Gilles, Pierre, Pierre-Marie, Rigobert.

Dommage pour ceux-ci…

Pour les participants (je rappelle que ce travail sera évalué officiellement) j’ai récolté les fruits de votre travail et je vais à présent l’évaluer personellement puis, je préparerai un diaporama afin qu’à votre tour vous puissiez les évaluer, un bulletin de vote sera distribué vendredi et vous les participants pourrez vous prononcer anonymement sur le travail accompli.

Et puis on verra !

A vendredi.

 

Décision…

M’étant aperçu que certaines personnes (étrangères à l’école) faisaient de mes leçons un usage abusif (approptiation/publication sur leurs sites sans me consulter) j’ai décidé de me protéger…

Dorénavant, mes leçons mises en ligne sur le serveur ESNIPS ne seront publiques que durant une périodes courte de 72 heures maximum. Passé ce délai, elles seront retirées de l »espace public et placées sur un espace privé.

Pour pouvoir y accéder, il faudra posséder des codes utilisateurs et un mot de passe que je remettrai uniquement aux étudiants qui désirent les obtenir. La demande se fera via le E-courrier.

S’il s’avère que malgré ces précautions d’autres abus sont encore commis, il n’y aura plus d’espce public mais un seul espace privé…

Je suis vraiment désolé d’en arriver à de telles extrémités mais j’espère que vous comprendrez ma réaction. Qu’auriez vous fait à ma place ?

Le cahier de charges « Plumes » est en ligne ainsi que la poire pour modèle.

Le diaporama en Powepoint sur le matériel de prise de vue a été déplacé.