D’Aristote à la classe N° 11 des cours de photographie de l’IEPS

En ce début d’année scolaire, lors des toutes premières leçons, nous avons eu le possibilité d’observer quelques petits événements « miraculeux »… 

Aristote aurait pu inventer la photographie… 

Les amoureux de la Grèce le savent, « photos » veut dire « lumière » en Grec.

Mais savez-vous qu’Aristote découvrit les prémices de la photographie ?

Le philosophe décrivait le fonctionnement d’une éclipse solaire qu’il avait étudiée à l’intérieur d’une pièce obscure dont un des murs comportait un petit trou: les rayons du soleil, réfléchis par les objets, pénétraient par le trou situé dans le mur et projetaient une image inversée (de haut en bas et de droite à gauche) des objets sur le mur d’en face. C’est le principe du sténopé. Du Grec stenos (étroit) et ôps (oeil). Par extension, on traduit volontiers aujourd’hui par « ouverture étroite » l’oeil était en effet considéré comme l’ouverture vers l’intérieur… 

Au XVIe siècle, Léonard de Vinci fut le premier à étudier en détail le phénomène de la camera obscura et à le comparer au mécanisme de la vision humaine. En 1514, il explique : « En laissant les images des objets éclairés pénétrer par un petit trou dans une chambre très obscure tu intercepteras alors ces images sur une feuille blanche placée dans cette chambre. […] mais ils seront plus petits et renversés. »

En 1593, Gambattista della Porta (1538-1615) décrivit dans son livre La Magie Naturelle un procédé permettant de reproduire fidèlement des gravures. L’appareil utilisé était un sténopé ou camera obscura (chambre obscure en latin).

 Ci-dessous une photo prise à Venise par votre serviteur…

venise09026.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Une boite de tisane transformée en caméra obcurra… 

firstcamera21.jpg

 

Publicités