Présentation de la mission « Libre »

Ce jeudi, aux cours des UF5 & UF6 (numériques) les étudiants présentaient leur mission libre « à l’oral » devant la classe. Moment difficile car c’était une première et pour certain(e)s cette présentation relèvait de l’impossible.

Pourtant, chacun(e) a fait de son mieux et au final, toutes les présentations étaient convaincantes. Dépassées les 15 premières secondes de stress, les langues se sont déliées, les images ont parlé et les réactions enthousiastes des spectacteurs/condsiciples se sont fait entendre. A la fin de chaque présentation, les applaudissemnents fusaient …

De très beaux moments –> voir le Facebook –> cliquez « Les élèves de Sam« 

Morceaux choisis, dans l’ordre : Jonathan Morgante, Louise lecomte, Sabrina Glineur, Lorie Dieu, Sara Awf, Jonathan Dubois, Geoffrey Ximénes, Leticia Delangre, Jonathan Morgante, Ilhame Choukri)

celine.gif

carnaval.gif

zoo02.gif

arche.gif

fleur.gif

zoo.gif

légumes.gif

rue.gif

parfum.gif

wc.gif

 

 

 

Publicités

Simon-Pierre Delcroix –> Le 09 Mai à 18 H.

C’est avec joie que je viens vous annoncer la visite de Simon Delcroix (mon 3e invité) ce vendredi 09 mai à 18 H. au Local Info de la Promotion Sociale de Jemappes à 18 h.

Simon sera accompagné de Gwénaëlle L’Hoste et Julien De Koning (voir les précédents articles).

Invitation cordiale !Venise.gif

En tant que professeur, présenter un étudiant qui fait partie de sa famille au 1er degré, en l’occurrence son propre fils, n’est pas chose aisée. 

Je lui ai demandé de le faire lui même, de m’écrire un petit texte pour me faciliter la tâche, je l’ai même tanné pendant plusieurs semaines, rien n’y a fait. Le bonhomme est en blocus pour les examens, pas le temps…

Donc, comme pour Gwén, je vais m’y coller…

Simon est de tous les étudiants diplômés de la section le plus jeune d’entre tous.

Inscrit à l’âge de 16 ans, il a accompli le cycle en 3 ans et est sorti en juin 2012 avec la mention que nous n’accordons que très rarement, à savoir la « Grande Distinction ».

Quand je dis «nous» je dois préciser qu’au moment de la décision finale, en tant que père de l’élève, je me suis retiré de la délibération et c’est donc le jury sans moi qui décida de lui octroyer cette mention.

Simon est très indépendant, c’est sa nature. Il sait où il va et je n’ai jamais eu grand chose à lui dire.

Ici (à Blaton, à Wasmes, à Cuesmes… ) et ailleurs (à Venise, à Dublin, dans les Pouilles, en Provence… ) il a développé une approche du paysage/territoire très personnelle et cohérente. S’intéressant à des choses que par habitude on ne regarde pas ou plus, il a su redonner de l’intérêt à ces endroits ordinaires que sont les coins de rues déserts, les évacuations d’égouts, les dépotoirs, les abords des canaux, parkings, plages désertées…  

Il l’a fait avec une approche très humble sans volonté de faire du « spectacle » et de ses images sans tapage, il se dégage une grande poésie. Il est resté sobre et discret,  toujours à la bonne distance.  A la fois dedans mais aussi en dehors, comme en coulisse mais avec un coin de rideau levé pour jeter un œil sur la scène…  

Simon aime tout particulièrement la photographie argentique. S’enfermant dans le labo, tout seul pendant plusieurs heures, il en ressortait en fin de soirée avec 20 tirages de lecture sur papier périmé ! 

Il constituait des piles,  des séries. Il les manipulait les unes, les autres. Il dégageait, regroupait, écartait et venait ensuite nous proposer à Marie-Noëlle et moi même sa sélection. Souvent, nous n’avions rien à dire. Il avait été très sélectif, vu juste…

De ses nombreuses présélections il n’en avait retenu que 30 et pouvait alors commencer le travail de tirage sur papier baryté à présenter au jury.

C’est dans une boite sur feuilles volantes qu’il présenta ce travail.Boite noire001.jpg

Boite noire002.jpg

 

Parallèlement à ce travail intimiste il a aussi réalisé une série d’images numériques en couleur à Venise. Un travail de nuit sur les déplacements d’un bateau « Vaporetto » et de ses occupants. C’est sur les cimaises de l’espace Okhegem que ce travail fut présenté au public en juin 2012.

 

 

0
0
1
464
2558
IEPSCF
21
6
3016
14.0

Normal
0

21

false
false
false

FR
JA
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:12.0pt;
font-family:Cambria;
mso-ascii-font-family:Cambria;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Cambria;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

 

Gwénaëlle L’Hoste –> Le 09 mai 2014

Ce soir du 09 Mai 2014 — Local 8 (INFO) à 18 H. j’aurai la joie d’accuellir Gwénaëlle L’Hoste (accompagnée de Julien De Koning et Simon-Pierre Delcroix)

Invitation Cordiale ! 

Gwénaëlle (nous dirons Gwén) ne m’ayant envoyé aucun texte pour présenter son travail, c’est donc moi qui vais m’y coller, avec joie !

Voici l’histoire :

Quand Gwen est arrivée aux cours en septembre 2010, elle était accompagnée de son père Fréddy et selon ses dires, elle n’était là que pour « l’accompagner et qui sait, peut-être suivre le cours de photographie numérique… »

Deux ans plus tard, en juin 2012, elle avait suivi toutes les unités et elle présentait devant le jury un travail accompli et très brillant.

Je dois dire que dans ma carrière Gwén a été une bien belle rencontre. L’une de celles que l’on n’oublie pas !

Dès la 1ère rencontre, sa sensibilité, son rapport à l’image, son intelligence m’ont séduit à un point tel que j’en étais presque intimidé.

En l’écoutant se présenter lors du tour de table de la rentrée scolaire, je me disais « elle est intéressante et importante, je serais triste si je la perdais ».

J’ai donc redoublé d’arguments pour la convaincre de tenter les unités argentiques.

Les gens qui m’intimident, les perfectionnistes qui sont « torturés » parce qu’ils ne sont pas vite satisfaits d’eux mêmes, les exigeants qui développent une énergie folle pour parvenir à accomplir leur travail, à le pousser loin dans une démarche personnelle, intelligente et surprenante et qui sentent qu’ils auraient pu aller encore plus loin, creuser davantage… Tout ceux-là qui, parlant de leurs photographies à soumettre pour l’évaluation ne disent jamais, « combien en faut-il ? » mais plutôt « comment doivent-elles être pour qu’elles soient bonnes ? » tout ceux là me sont très précieux.

Si j’aime tant mon travail c’est à cause ou plutôt graçe a eux !

Ils m’apprennent autant que je leur apprends et d’une certaine manière je leur suis redevable et je les remercie.

Tout au long de son parcours, Gwén n’a jamais été pas dans un « logique scolaire » mais plutôt dans une démarche artistique avec toutes les exigences que cela implique.

Gwén s’est inscrite aux unités argentique et d’emblée, dès les premières « tables d’analyse des résultats/fin de cours »  j’ai compris que j’avais bien fait. Ses images étaient fortes, ses séries cohérentes (notamment dans les thématiques sur les mots et les duos).

Cadrages, points de vue, distance… tout y était !

Elles étaient correctement imprimées, irréprochables !

Au fil des semaines, il s’est même avéré que son travail pouvait dignement être exposé au public.

Chose fut faite.

Nous étions à la fin de la 1ère année et une exposition eu lieu (avec les condisciples de la même classe) au Foyer Culturel de Quaregnon. Cette exposition dura 4 mois !

Quand, en 2eme année, elle  a entamé son travail sur sa grand mère « Mémé », je me suis retrouvé à plusieurs reprises au studio avec elle, la chambre d’atelier et les objets personnels de la grand  mère. Je l’ai accompagnée pour les deux ou trois premières images mais dès les suivantes, elle s’est débrouillée toute seule. Elle savait exactement où elle voulait aller, elle voyait les images avant de les faire, signe d’un maîtrise, d’un grand travail en amont digne d’une véritable artiste.

Parallèlement à cela, elle mena un travail aussi très personnel et très fort sur la société de consommation. Avec comme thématique, la viande et son conditionnement industriel, elle proposa sa série « Dans le cochon, tout est bon ».

J’ai été très heureux de la compter parmi mes étudiants.

Gwén restera l’un de mes plus beaux souvenirs.

Cette année elle nous accompagnera dans l’épreuve intégrée du 23 juin prochain. Ce soir du 09 mai, elle viendra présenter ses travaux et partager avec nous son expérience.  

mémé_color.gif

 

0
0
1
552
3042
IEPSCF
25
7
3587
14.0

Normal
0

21

false
false
false

FR
JA
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:12.0pt;
font-family:Cambria;
mso-ascii-font-family:Cambria;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Cambria;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

 

  

Mont_viande.gif

 

 

 

 

 

Julien De Koninck : le 09 Mai 2014

Ce vendredi 09 mai, à 18 H au local INFO de la Promotion Sociale de Jemappes, j’aurai le privilège d’accueillir dans ma classe trois anciens étudiants de la section.

Ce premier article (d’une série de trois articles) pour annoncer la visite de Julien De Koning et lancer l’invitation à cette soirée.

Julien sera accompagné de deux autres étudiants de la même promotion; Gwénaëlle L’Hoste et Simon-Pierre Delcroix (deux autres articles suivront).

Tout trois sont diplômés des cours de photographie. 

Julien viendra nous présenter son TFE (épreuve intégrée devant le jury). 

Voici comment Julien se définit en tant que photographe :

« Passionné de photographie depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours aimé manipuler des appareils photo et les photos. En 2011, je me lance donc à la conquête de ce fabuleux projet qu’est l’art de la photographie avec l’acquisition de mon premier reflex et je décide également de prendre des cours de photographie.

Je découvre alors que cette passion est plus qu’un art, c’est une activité qui m’absorbe et me permet de m’évader, de rendre le monde plus beau en image, plus fantastique. J’aime dégager une impression de liberté et d’évasion dans mes paysages ainsi que leur apporter la magie de la lumière nocturne.

Mes autres sujets de prédilection peuvent paraître sombres car aussi je vois souvent au travers de mon objectif, un monde plus noir et délabré que celui que l’on nous impose, mais je m’applique à rendre belles des choses que la plupart des gens mettraient à la poubelle ou ne regarderaient pas.

Je ne me mets pas d’étiquette photographique puisque j’aime toucher à tous les domaines. De la macro au portrait en passant par la photo animalière. J’isole souvent mes sujets sur des fonds simples afin d’obtenir des images épurées avec un sujet, une lumière un fond, rien de superflu.

J’aime mettre en place une relation avec mes modèles, j’écoute leurs idées et leurs envies et mets tout en œuvre pour que le résultat final soit en harmonie avec leurs désirs  »

Quelques images de Julien pour vous donner l’envie de venir les voir « en vrai »

Fleur.jpgTatoo.jpgNuit.jpg

 

Mineur.jpg